En participant au blogue, Valérie et Éric souhaitent offrir une référence aux parents qui commencent leur projet d’adoption et démontrer que l’aventure, malgré les petites épreuves qui parsèment le chemin, est belle et enrichissante.

Valérie et Éric ont adopté deux enfants de la Colombie. En 2012, le couple accueillait leur fille Mariposa, âgée de 15 mois, et en 2014, le petit Nathaniel, alors âgé de 10 mois. Les deux enfants ont été pris en charge par le même orphelinat et les deux projets ont été épaulés par l’organisme Soleil des Nations.

Photos : Mariposa et Nathaniel, un lien unique et fort pour la vie!

« Nos démarches pour monter le dossier de Mariposa ont pris 2 ans. Comme on habitait sur la Côte-Nord, on était loin des services. À un moment, il manquait juste un papier de la GRC qui nous a pris 3 mois à avoir », indique Valérie. Le couple réside à Havre-Saint-Pierre et ajoute qu’il y a aussi des avantages à vivre dans une petite localité où les gens sont plus unis. Une fois le dossier déposé, le couple recevait un appel 6 mois plus tard et rencontrait leur fille quelque temps après. « Mariposa a toujours été agrippée à moi, elle est encore un peu comme ça. Mais on trouvait ça important de développer le lien avec les deux parents. “Un soir, c’est papa qui te couche et l’autre soir, c’est maman”. On fait encore ça », explique Valérie.

L’avancement du dossier pour la deuxième adoption s’est déroulé plus rapidement, mais le voyage a été parsemé de plusieurs embûches jusqu’au retour de la famille au Canada. « Au début du voyage, Nathaniel a été malade, on l’a rencontré une semaine plus tard et on a eu des difficultés à trouver un appartement. Les juges étaient tombés en grève, pendant deux, trois semaines, ensuite tu vois la mi-novembre arriver et le mois de décembre. On voyait Noël approcher et personne ne peut vraiment t’aider », confie Éric. « On est parti le 20 septembre, on a rencontré Nathaniel le 30 et généralement une fois le dossier déposé, les juges ont 15 jours [pour officialiser l’adoption], mais nous ça a duré jusqu’au 23 décembre », précise la mère.

Photos : Toute la famille réunie pour une petite marche!

Le couple confie que l’incertitude de la situation a été très difficile pour eux, mais que cette période leur a permis de vivre des moments inoubliables en famille. « Quand on revient ici [au Canada], on sait que plus jamais tu ne retrouves ce cocon familial là. Là-bas, tu as juste à t’amuser en famille et à profiter des moments. Ces moments, on les appréciait encore plus! », déclare Valérie. Elle ajoute comme exemple qu’« une fois arrivés à l’appartement, les deux jouaient et riaient ensemble. Tout de suite, le lien s’est créé, un lien fraternel qui va durer pour la vie. C’était vraiment magique! Mariposa est une grande sœur exceptionnelle, il y a eu beaucoup de beaux moments ».

Photos : Sur les épaules, c’est toujours amusant!

Au départ, Nathaniel devait souvent être rassuré et son père indique que lien d’attachement s’est créé plus lentement qu’avec Mariposa. Il explique que le petit s’était construit une carapace, mais qu’aujourd’hui la situation s’est beaucoup améliorée. « Dès le départ, il fallait que je chante des chansons pour le rassurer et sa sœur lui montrait des jouets pour l’aider », confie Valérie. Enfin, le retour au bercail a été vécu comme un privilège de pouvoir fêter Noël à la maison en famille. « C’était le plus beau Noël, malgré les embûches. C’est un beau projet et ça fait partie de l’adoption! »

Photos : On chatouille les enfants pour des fous rires assurés!

Depuis l’arrivée de leur fille, le couple parraine l’orphelinat CRAN, qui a pris soin de leurs deux enfants. Ils souhaitent ainsi que ce lieu d’une grande importance, qui contient aussi une petite école, puisse continuer à aider familles et enfants dans le besoin. « La fondatrice connait le nom et les dates de fête de tous les enfants », précise Éric. « La Colombie se soucie beaucoup de leurs enfants. À l’orphelinat, on a été accueilli à bras ouverts. Ils avaient hâte de nous voir et de revoir Mariposa, c’est comme une petite famille », explique Valérie.

Le couple conseille aux parents adoptants de bien s’informer sur l’attachement et aussi de préparer la famille élargie sur tout ce que cela implique. « On avait beaucoup parlé aux membres de nos familles respectives et ils ont été vraiment respectueux. On fait tout en notre pouvoir pour que ce soit le mieux pour les enfants. Souvent, c’est aussi plus tard qu’on découvre les troubles d’attachement, mais on ne sait jamais. J’ai acheté un livre que j’aime bien, c’est une bonne référence pour les familles adoptantes, le livre L’Adopteparentalité* de Johanne Lemieux. » Valérie ajoute que le fait d’apprendre l’espagnol aide énormément et permet une meilleure débrouillardise durant le voyage en Colombie.

Photos : Un beau moment entre mère et fils!

Vous aimeriez en savoir davantage? Le couple vous présente deux blogues sur leurs projets d’adoption : notrepapillonencolombie.blogspot.ca et notreangeencolombie.blogspot.ca. Vous pouvez aussi communiquer directement avec Valérie et Éric à l’adresse courriel suivante: v_vaillancourt@hotmail.com, ils seront très heureux de répondre à vos questions!

*Livre : L’Adopteparentalité, une nouvelle approche psychosociale de Johanne Lemieux.


Un grand merci à Mariposa, Nathaniel, Valérie et Éric pour leur participation!

Rédaction: Audrey Mainguy et Amélie Légaré

Photographie : Audrey Mainguy

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*