Véronique et Jean-François ont toujours eu le désir d’agrandir leur famille par une adoption. Le couple avait déjà 3 enfants âgés de 6, 4 et 2 ans et pensait adopter un enfant de bas âge du Burundi. La famille reçut finalement une proposition pour un petit garçon âgé de 5 ans et c’est en 2015 qu’une belle histoire d’amour commençait entre Alexis et sa famille.

Après avoir présenté un dossier pour adopter un enfant en bas de 4 ans, un dossier incomplet d’un petit garçon de 4 ans et 1 mois du Burundi a été présenté à Véronique et Jean-François. Sa santé semblait bonne, mais l’âge risquait de poser des problèmes au niveau du rang de filiation donc ils ont posé des questions sur son développement. Leur psychologue a analysé le dossier positivement et ils ont décidé d’accepter la proposition. « Dans la foulée des évènements, j’ai reçu plusieurs courriels de ma famille qui voulait nous mettre en garde, beaucoup de pression, ce sont des gens qui nous aiment et qui veulent notre bien et celui des enfants, mais c’était aussi dans la foulée des reportages négatifs sur l’adoption », confie Véronique. Le couple a finalement écouté leur petite voix intérieure et décidé d’aller de l’avant. « On était évidemment stressé, car on impliquait nos enfants dans quelque chose qu’ils n’ont pas choisi », ajoute-t-elle.

Photos: Capture d’un beau moment entre Alexis et sa maman Véronique.

Seulement cinq familles ont des dossiers ouverts pour le Burundi. Puisque voyager là-bas n’était pas recommandé, Véronique a réussi à convaincre l’agence d’aller le chercher seule vu ses expériences de voyage.  « Je trouvais ça important de voir son milieu, où il a évolué, car il est arrivé à l’orphelinat à la naissance. C’était quoi l’ambiance, les odeurs, quel genre de contact il avait avec les personnes, le bruit. » Ainsi, elle a pu poser plusieurs questions qu’elle avait préparées et elle a pu recueillir les témoignages de trois personnes y travaillant. Selon les propos recueillis, les enfants étaient bien installés.

Photo : Liliane, Raphaëlle, Jérôme et Alexis présentant leurs toutous préférés pour l’occasion.

Considérant le délai entre la proposition et l’adoption officielle, le couple avait demandé à l’agence Formons une famille que le petit Alexis suive des cours de français avant son départ. « Au Burundi, ils ont aussi déjà quelques repères en français, les enfants apprennent leurs lettres et leur nom en français », indique Jean-François. « J’avais aussi envoyé un colis avec des photos de nous et des explications de ce qu’on faisait avec des habits de neige » ajoute Véronique en riant. « Il était vraiment prêt pour son adoption, j’ai aussi l’impression qu’en lui enseignant le français, ils lui ont aussi bien montré qui nous étions. »

Malgré son âge, Alexis s’est bien intégré à la famille et l’attachement à ses frères et sa sœur a bien été même si c’est à Véronique qu’il s’est identifié en premier. « C’est un enfant merveilleux qui s’adapte rapidement et auquel on s’attache de plus en plus chaque jour », affirme Véronique. À leur retour du Burundi, Jean-François et les enfants les ont accueillis dans une maison décorée pour l’occasion. « Pendant qu’ils étaient au Burundi, on a fait sa chambre, j’ai tout filmé les étapes, ce sont les enfants qui m’ont aidé à déplacer les meubles, à faire le lit d’Alexis, vider des tiroirs pour y faire de la place. Je lui ai donc envoyé les vidéos en même temps qu’ils étaient au Burundi. »

Photos : Un petit curieux qui surveille la caméra et Alexis, toujours souriant, avec ses parents Jean-François et Véronique.

À son arrivée, Alexis s’est rapidement adapté à la température et à l’hiver, même qu’il a appris à skier rapidement. « Il adore la neige et a hâte qu’elle arrive. L’adaptation parfaite, il mord dans la vie, il veut tout essayer », a précisé sa mère.

Véronique admet quand même que tout n’est pas toujours facile, puisque l’arrivée d’Alexis a brisé un peu l’équilibre familial et la routine. « C’est un enfant sociable, c’est comme s’il me connaissait depuis toujours. Avec Internet maintenant, la préparation est plus facile et tout est plus accessible. Moi aussi j’ai eu une petite période d’adaptation, comme pour chacun de mes enfants, mais honnêtement je suis super content, c’est une belle expérience de vie. On est extrêmement content d’être dans cette belle galère-là », confie Jean-François. L’adoption était un projet de vie pour le couple, mais Véronique ajoute que c’est également une belle expérience pour leurs trois enfants. « Un exemple d’ouverture, d’accueil. On laisse tomber les barrières, on ouvre nos portes. Pour eux c’est leur frère, il n’y a pas de différence », conclut-elle.


 Un grand merci à Liliane, Raphaëlle, Jérôme, Alexis, Véronique et Jean-François pour leur participation!

Rédaction: Amélie Légaré en collaboration avec Véronique et Jean-François

Photographie : Audrey Mainguy

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*