Renée-Claude et Ghislain, se sont lancés dans la grande aventure de l’adoption avec le support de leurs trois filles, Jessica, Marie-Philip et Florence. C’est avec l’organisme Formons une famille que le couple entame les démarches pour l’adoption de deux enfants des Philippines, Marko et Angelo. Suite à leur première expérience, le couple décidera de se réinscrire dans une catégorie pour besoins particuliers, qui inclut entre autres des enfants plus âgés, et d’accueillir ainsi leur cinquième enfant. La famille souhaite mettre de l’avant l’adoption d’un adolescent, ainsi que la beauté d’adopter en tant que parents plus âgés.

Depuis toujours, Renée-Claude souhaitait vivre l’adoption. C’est un soir en particulier, alors que son conjoint écoutait un reportage sur l’adoption aux Philippines que l’aventure commença. « Son enthousiasme a lancé le go pour dire je suis prêt! Notre petite dernière avait 14 ans, alors on s’est lancé dans l’aventure », se souvient la mère. Le couple s’inscrit pour un enfant de 5 ans et moins. Après trois ans d’attente, c’est avec joie que la famille reçoit la proposition de leur fils Marko.

Photo : Les personnalités des enfants ressortent dans cette photo!

L’arrivée de Marko est attendue par tous les membres de la famille et l’adaptation se déroule très bien. Renée-Claude ajoute que leur fils est un enfant enjoué, taquin et qu’il aime avoir de l’attention. «  Il n’a pas eu de terreurs nocturnes ou d’ennuis, mais il faisait des crises du bacon. Aujourd’hui, s’il se rend compte qu’il ne l’aura pas, il arrête », explique Ghislain. Suite à leur séjour aux Philippines qui marquera les parents et leur fille Jessica qui les avait accompagnés, la famille discute de leurs intentions d’adopter de nouveau. Le couple s’inscrit alors pour une adoption d’un enfant à besoins particuliers avec le même organisme. Renée-Claude et Ghislain essaieront à trois reprises d’être retenus pour des dossiers correspondant à leur profil, avant d’être finalement jumelés à leur fils Angelo.

C’est par Skype que la famille fait connaissance pour la première fois et qu’elle constate que l’information sur l’âge d’Angelo, estimé à 9 ans dans son dossier, est possiblement erronée. Trois semaines avant le départ, lors d’une autre conversation par Skype, les parents apprendront que leur fils à 12 ans. À ce sujet, Renée-Claude ajoute : « ça ne nous a pas empêchés de continuer les démarches, car même s’il était aux Philippines, il faisait déjà partir de notre famille. » Le voyage a duré 10 jours et les parents ont pris la décision de partir sans enfants. « C’était mieux pour entrer en contact avec notre ado et pour qu’il apprenne à nous connaître dans notre quotidien », explique Renée-Claude. « On a eu la chance de dormir à l’orphelinat dans une maison à part. Angelo a décidé de venir dormir sur le même étage que nous, il s’est intégré rapidement et a pris tout de suite sa place», ajoute-t-elle.

Au retour, le lien entre les deux frères se fait rapidement, ainsi que celui avec ses sœurs. La relation privilégiée entre les deux frères les aide mutuellement, Marko aidera son frère à apprendre le français, tout en pratiquant son anglais, langue qui est aussi parlée aux Philippines. La relation de grand frère était déjà importante pour Angelo, qui a appris à prendre soin des autres aux Philippines. Après une période de cocooning à la maison, Angelo montre de l’intérêt pour l’école et est inscrit en 4e année. Malgré les défis, l’entrée à l’école se déroule bien, mais le groupe d’âge ne correspondait pas à ses besoins. C’est grâce à son inscription au Patro, un milieu d’éducation complémentaire à l’école et à la famille, que ce dernier peut se dépasser dans les sports, une facette dans lequel il excelle. Aujourd’hui, Angelo est au niveau du premier secondaire afin de mieux correspondre à son groupe d’âge. « Il aime beaucoup l’école et toujours autant les sports, l’apprentissage se fait lentement, mais il y parvient avec du support », nous a récemment indiqué Renée-Claude.

L’adaptation au nouveau milieu de vie est grande pour les enfants, que ce soit pour l’apprentissage de la langue, pour l’adaptation scolaire, pour les nouveaux liens à créer ou pour s’intégrer à la réalité d’une vie en famille. « Nous avons rencontré le docteur Chicoine (Spécialiste de l’adoption internationale) et il nous a dit qu’Angelo était comme à Walt Disney. Il faut le laisser découvrir, lui apprendre à avoir des émotions d’émerveillement », explique Renée-Claude. Elle ajoute que d’exprimer son émerveillement n’est pas facile pour lui, car les acquis sont très différents dans sa nouvelle réalité.

Photo : Un beau souvenir de la famille enfin réunie!

Renée-Claude et Ghislain terminent la rencontre en voulant rassurer les futurs parents adoptants. « Ça peut arriver que l’enfant soit plus âgé que prévu, mais les grands ont aussi besoin de parents. Les plus grands sont bien préparés, ils sont conscients de l’opportunité qu’ils ont de quitter leur milieu pour vivre avec une famille et apprendre de nouvelles choses », ajoute la mère. « Des adoptions après avoir eu une famille biologique et adopter comme parents plus âgés ça se fait aussi », enchérit Ghislain.

  


Un grand merci à Marko, Angelo, Jessica, Marie-Philip, Florence, Renée-Claude et Ghislain pour leur participation!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*